L'expertise immobilière
245.8K views | +40 today
Follow
L'expertise immobilière
Pour savoir tout ou presque.... sur l'immobilier
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Ralentissement du marché immobilier français au 1er trimestre 2019

Ralentissement du marché immobilier français au 1er trimestre 2019 | L'expertise immobilière | Scoop.it

Selon le dernier baromètre LPI-SeLoger, le marché de l’immobilier connaît un ralentissement général au 1er trimestre 2019. Dans l’ancien, ce ralentissement se traduit par un prix moyen au m² signé de 3 427 €, soit + 0,6 % seulement sur les 3 premiers mois de l’année 2019. Un ralentissement causé notamment par une stagnation des prix des appartements (0,0 % à 3 877 € le m² signé) alors que le prix des maisons a connu une évolution de 1,5 % (2 938 € le m² signé). Dans le marché du neuf, les prix ont même reculé de 1,5 %, avec un prix moyen au m² signé de 4 361 €. Si le repli est général, il est plus rapide sur le marché des maisons (- 2,8 % à 2 450 € le m² signé) que sur celui des appartements (- 1,2 % à 5 113 € le m² signé).

 

Si le marché national est en berne, le baromètre a constaté toutefois des écarts de prix considérables entre les métropoles. Par exemple, pour les appartements dans l’ancien, Rennes a connu une augmentation à 2 chiffres (+ 11,3 % sur un an), avec un prix moyen de 3 798 € par m² signé. À l’inverse, le marché sur la ville de Bordeaux a accusé un net ralentissement avec une hausse de 4,7 % sur un an alors qu’en décembre 2018, les prix augmentaient encore à un rythme annuel supérieur à 10 %. Sur Paris, il a été constaté une augmentation des prix de 6 % sur un an, mais avec des prix signés qui n’ont que très peu crû au cours des trois premiers mois de 2019 (+ 0,7 % à 10 341 € le m² signé).

 
more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Peut-on interdire la location meublée saisonnière dans une copropriété ?

Peut-on interdire la location meublée saisonnière dans une copropriété ? | L'expertise immobilière | Scoop.it

L’été approche à grand pas … Vous êtes copropriétaire ? Vous êtes tenté de mettre votre logement en location le temps d’une semaine ou deux via une plateforme de mise en relation entre particuliers ? Avez-vous le droit de le faire ? La réponse de Syneval, courtier en syndic.

Plus les particuliers proposent leurs logements en locations saisonnières plus les règles qui encadrent cette pratique augmentent. La question se pose alors en copropriété : peut-on librement mettre son logement sur des plateformes de location meublée saisonnière ?

Vérifiez le règlement de copropriété …
La réponse est à priori simple : dans les cas où le règlement de copropriété n’interdit pas ouvertement la location meublée, les propriétaires peuvent s’adonner à cette pratique. Ils doivent néanmoins veiller à ne pas perturber la tranquillité des résidents.

Afin d’encadrer ce phénomène et d’en prévenir les abus, la mairie de Paris a limité à 120 nuitées par an ce type de location pour les non professionnels. Si le règlement de copropriété proscrit expressément l’exercice de la location meublée, cela signifie que l’ensemble des habitants de l’immeuble ont l’interdiction de s’adonner à cette pratique

Comment transformer un règlement de copropriété qui proscrit ou accepte la location meublée saisonnière ?
Les copropriétaires peuvent tenter de modifier le règlement de copropriété en interdisant ou autorisant cette pratique lors d’une assemblée générale. La décision devra alors être votée à l’unanimité pour être acceptée et ensuite inscrite au règlement.

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

Crédits immobiliers: les Français empruntent désormais à des taux de 1,32% sur 20 ans en moyenne

Crédits immobiliers: les Français empruntent désormais à des taux de 1,32% sur 20 ans en moyenne | L'expertise immobilière | Scoop.it

Nouvelle nette baisse des taux en mars chez les banques. Toutes durées confondues, ces taux d'intérêt se sont en moyenne établis à 1,39% le mois dernier.

Les banques françaises ont nettement baissé en mars les taux d'intérêt des crédits immobiliers aux particuliers, leur niveau se rapprochant du plancher historique et restant proche de l'inflation, montre une étude mensuelle publiée mardi.

Toutes durées confondues, ces taux d'intérêt se sont en moyenne établis à 1,39% en mars, contre 1,44% le mois précédent, rapporte dans un communiqué l'observatoire Crédit Logement/CSA. Le premier organisme regroupe les principales banques françaises, le second est un institut d'études de marché.

Conséquence de la politique de crédit historiquement favorable de la Banque centrale européenne (BCE), les taux de crédit immobilier se maintiennent sous 2% depuis trois ans. Avec leur déclin de mars, ils se rapprochent d'un plancher atteint fin 2016 à guère plus de 1,30%.

Des taux souvent plus bas au printemps

A ce niveau, ils sont semblables à l'inflation française, qui s'est établie à un peu plus de 1% en mars. Théoriquement, cela signifie que l'on peut presque gagner du pouvoir d'achat en empruntant, mais les chiffres de l'observatoire s'entendent bruts et ne comprennent par exemple pas l'assurance des prêts, systématiquement demandée par le créancier.

Dans le détail, les taux atteignaient en moyenne en mars 1,15% sur 15 ans, 1,32% sur 20 ans et 1,55% sur 25 ans. Ces données confirment le tableau dressé ces derniers jours par les principaux courtiers français: ils font état d'une baisse des taux au premier trimestre pour l'immobilier, certains en rappelant la composante saisonnière.

 

"Traditionnellement le printemps est une période de taux bas, les acquéreurs préparant leur projet immobilier pour pouvoir déménager pendant l'été et être installés à la rentrée scolaire", explique dans une note Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi, tout en se montrant optimiste sur le maintien de la tendance, vu les derniers discours de la BCE.

La durée des prêts toujours très élevée

Parallèlement à l'évolution des taux, que les banques peuvent difficilement baisser encore de manière marquée, d'autres tendances restent à l'oeuvre, dont des durées de prêts historiquement longues malgré un petit recul le mois dernier: selon l'observatoire CSA/Crédit logement, elles ont baissé en moyenne à 228 mois (soit 19 ans) contre 230 en février.

"La rentabilité des banques sur le crédit immobilier est de plus en plus restreinte en raison des taux bas", souligne dans une note Cécile Roquelaure, directrice de la communication du courtier Empruntis. Elle remarque que les établissements sont tiraillés entre la recherche de rentabilité et la poursuite d'une stratégie commerciale agressive, dont des conditions toujours très favorables de crédit.

"Tous ces éléments contradictoires ne nous permettent pas aujourd'hui d'appréhender ce que seront les taux d'emprunt dans les prochains mois", conclut Mme Roquelaure.

more...
No comment yet.