L'expertise immobilière
249.1K views | +59 today
Follow
L'expertise immobilière
Pour savoir tout ou presque.... sur l'immobilier
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

L’immobilier côtier a le vent en poupe, Actualité - Investir-Les Echos Bourse

L’immobilier côtier a le vent en poupe, Actualité - Investir-Les Echos Bourse | L'expertise immobilière | Scoop.it

L’immobilier en stations balnéaires ne cessent de grimper. Si dans certaines communes ils sont comparables à ceux de la capitale, il est aussi possible de s’offrir une propriété côtière pour des montants plus abordables. 

 

En pleine période estivale, il est intéressant de jeter un œil à l’évolution des prix immobiliers dans les stations balnéaires françaises. Cette année, c’est sur la côte atlantique que les tarifs ont le plus augmenté (+6%), notamment portés par l’attractivité de la région Aquitaine et de sa capitale, Bordeaux, selon la dernière étude de MeilleursAgents. Parmi les stations les plus chères de la région, on trouve Lège-Cap-Ferret et Arcachon, où mètre carré vaut entre 6.000 et 7.000 euros.

La Bretagne et la Manche sont aussi attractives, puisque les prix y ont progressé de près de 4%. Mais il est encore possible de trouver des tarifs raisonnables sur les côtes de la Manche, comme à Néville-Sur-Mer, station balnéaire la moins chère de France (1.124€/m²). Même dans les stations huppées de Deauville (4.769€/m²) et Carnac (3.696€/m²), parmi les plus chères des côtes du Nord, le mètre carré est deux fois moins élevé qu’à Ramatuelle (12.159€/m2), dans le Golfe de Saint-Tropez.

Le Sud de moins en moins prisé

La région Provence Alpes Côte d’Azur reste la plus onéreuse malgré une moindre augmentation des prix sur un an (+1,2%). Pour un appartement de 50 à Saint-Jean-Cap-Ferrat, près de Nice, il faut tout de même compter près de 580.000 euros. Toujours dans le Sud, l’immobilier côtier du Languedoc n’a pas été plus dynamique avec une petite progression de 1,2%. La région abrite, outre sa station phare la Grande-Motte, des communes plus accessibles comme Port-la-Nouvelle où il est possible de s’offrir une résidence secondaire pour environ 2.000€/m².

Enfin, un autre critère doit également être pris en compte : la proximité avec la plage. Il est possible de réaliser plus de 20% d’économie en achetant un bien plus éloigné du sable, entre 15 et 30 minutes à pied. 

more...
No comment yet.
Scooped by Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
Scoop.it!

REGARDEZ >> On a mis à jour le Monopoly avec les vrais prix de Paris

REGARDEZ >> On a mis à jour le Monopoly avec les vrais prix de Paris | L'expertise immobilière | Scoop.it

Exit la rue de la Paix et l'avenue des Champs-Elysées. N'en déplaise aux joueurs de Monopoly, les adresses les plus chères de Paris se situent actuellement sur l'avenue Montaigne et la place Dauphine. La valeur de l'immobilier a tant changé depuis la première version française du jeu en 1936 (un an après la première édition américaine), que nous nous sommes amusés à rebaptiser les rues du plateau en tenant compte de la réalité du marché d'aujourd'hui (voir vidéo ci-dessus).  

 

Pour remplacer ces 22 cases, nous avons consulté les estimations de prix, au 1er juin 2019, du site MeilleursAgents. Afin de ne pas nous perdre dans les 6.000 rues de Paris, nous nous sommes concentrés sur trois listes fournies par ce spécialiste de l'immobilier : les 5 rues les plus chères, les 5 rues les moins chères et les 40 principales artères de la capitale. Nous avons retenu les 2 localisations les plus coûteuses mais écarté les 5 plus abordables du simple fait qu'elles sont très peu connues.

 

Voici nos propositions, du plus cher au moins cher  :

 

CASES BLEU FONCÉ

• Avenue Montaigne : 23.155 euros/m²

• Place Dauphine : 22.021 euros/m²

 

CASES VERTES

• Rue de l'Université : 14.133 euros/m²

• Boulevard Saint-Germain : 14.125 euros/m²

• Avenue de Breteuil : 13.326 euros/m²

 

CASES JAUNES

• Rue de Rivoli : 12.778 euros/m²

• Boulevard Raspail : 12.635 euros/m²

• Faubourg Saint-Honoré : 12.064 euros/m²

 

CASES ROUGES

• Rue Saint-Denis : 10.674 euros/m²

• Rue de Charonne : 10.087 euros/m²

• Rue d'Alésia : 9.713 euros/m²

 

CASES ORANGE

• Rue Marcadet : 9.319 euros/m²

• Avenue de Versailles : 9251 euros/m²

• Avenue Daumesnil : 9.223 euros/m²

 

CASES VIOLETTES

• Rue de Charenton : 9181 euros/m²

• Avenue de Clichy : 9.134 euros/m²

• Rue Ordener : 9.080 euros/m²

 

CASES BLEU CIEL

• Rue de Tolbiac : 8.595 euros/m²

• Avenue Jean-Jaurès : 8.181 euros/m²

• Rue de Crimée : 7.933 euros/m²

 

CASES MARRON

• Boulevard Davout : 7.314 euros/m²

• Rue d'Aubervilliers : 6.922 euros/m²

Des prix allant du simple au triple

Dans notre version 2019 du jeu, les prix vont du simple au triple : 6.922 euros/m² pour la rue d'Aubervilliers à 23.155 euros/m² pour l'avenue Montaigne. L'écart de prix actuel des deux extrêmes de l'époque ne va quant à lui que du simple au double : 8.499 euros/m² pour le boulevard de Belleville et 15.318 euros pour la rue de la Paix. 

 

S'il fallait les réorganiser, les cases d'origine auraient de toute manière beaucoup bougé. Par exemple, l'avenue de la République qui frôle aujourd'hui les 10.000 euros/m² passerait ainsi du modeste bleu ciel au bien moins abordable rouge. L'emblématique rue de la Paix resterait quant à elle en pôle position tandis que le boulevard de Belleville céderait sa place au boulevard de la Villette, dont le mètre carré est à peine 100 euros moins cher.

more...
No comment yet.